COVID-19 : point de situation / Pass sanitaire

Point de situation coronavirus

Aller vers la vaccination de tous les Français :

  • La vaccination est rendue obligatoire pour toutes les personnes au contact des personnes fragiles (soignants, non-soignants, professionnels et bénévoles). Des contrôles seront opérés à partir du 15 septembre.
  • Des campagnes spécifiques de vaccination seront mises en place pour les collégiens, lycéens et étudiants à la rentrée.
  • Une campagne de rappel sera instaurée pour les premiers Français vaccinés dès les premiers jours de septembre.
  • Les tests PCR seront rendus payants à l’automne sauf en cas de prescription médicale.

Extension du pass sanitaire à plusieurs lieux accueillant du public :

  • 21 juillet : tous les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes ;
  • début août : cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, maisons de retraite, établissements médico-sociaux, voyages en avions, trains et cars pour les trajets de longue distance.

L’évolution positive de la situation sanitaire mène à la fin des dernières restrictions en vigueur, mais pas de la vigilance.

Le département des Landes, où le variant Delta est apparu en premier en France, maintient les limitations une semaine de plus, jusqu’au 6 juillet.

Concernant la vaccination, le nouvel objectif à la fin août est de 40 millions de primo-vaccinés, 35 millions de personnes complètement vaccinées et 85 % des plus de 50 ans ou de personnes atteintes de comorbidités vaccinés.

Cinq questions et réponses sur le renforcement du pass sanitaire qui entrera en vigueur demain 

Le décret élargissant l’usage du pass sanitaire est paru ce matin au Journal officiel. Premier étage de la fusée du nouveau dispositif voulu par le gouvernement, avant le vote, en fin de semaine, d’un projet de loi, ce décret impose la présentation du pass sanitaire pour accéder à de très nombreux établissements et équipements du quotidien.

Rappelons que c’est la loi du 31 mai 2021 (article 1 – II) qui a fixé les règles en matière de pass sanitaire. Elle dispose qu’à compter du 2 juin, le Premier ministre peut, par décret, « subordonner l’accès des personnes à certains lieux, établissements ou événements »  à la présentation de ce pass sanitaire. La loi n’a pas fixé de seuil, n’évoquant que « de grands rassemblements de personnes ». C’est par décret, le 1er juin, que le seuil de 1000 personnes a été officialisé. Il tombe à partir de demain, depuis la parution du nouveau décret.

Le pass sanitaire, qu’est-ce que c’est ?

Rappelons que le pass sanitaire peut prendre trois formes : le résultat d’un test PCR ou antigénique « réalisé moins de 48 h avant l’accès à l’établissement »  ; un « certificat de rétablissement », c’est-à-dire un test positif datant de plus de onze jours et moins de six mois ; ou enfin, un « justificatif de statut vaccinal attestant d’un schéma vaccinal complet ». Plusieurs points à retenir : seuls sont admis les vaccins autorisés par l’Agence nationale de sécurité des médicaments (soit, à ce jour, Moderna, AstraZeneca, Pfizer et Janssen). Le délai permettant de justifier d’un « schéma vaccinal complet »  a été récemment abaissé à 7 jours au lieu de 14. Pour tous les vaccins excepté le Janssen, deux doses sont nécessaires, « sauf en ce qui concerne les personnes ayant été infectées par la covid-19, pour lesquelles ce délai court après l’administration d’une dose ». Enfin, pour le vaccin Janssen, le schéma vaccinal est réputé complet 28 jours après l’injection de la dose unique.

Le pass sanitaire peut être présenté sur papier, sur l’application TousAntiCovid ou « sur tout autre support numérique au choix ».

Dans quels lieux le pass sera-t-il exigé ?

Globalement, les lieux dans lequel sera exigé le pass sanitaire sont les mêmes que ce qui avait été fixé dans le décret du 1er juin. C’est la jauge qui change, étendant considérablement l’usage de ce sésame :  elle passe de 1000 à 50 personnes. Sont concernés les établissements recevant du public suivants :
–   Établissements de type L (salles d’auditions, de conférences, de projection, de réunions, de spectacles ou à usages multiples), donc quasiment toutes les salles de cinéma ;
–   établissements de type CTS (chapiteaux, tentes et structures) ;
–   établissements de type P (salles de jeux et salles de danse), ainsi que restaurants et débits de boisson lorsqu’ils proposent des activités de danse ;
–   établissements de type T (à vocation commerciale destinés à des expositions, des foires-expositions ou des salons ayant un caractère temporaire) ;
–   établissements de type PA (plein air)
–   établissements de type X (équipements sportifs couverts)
–   établissements de culte, pour les activités à caractère non cultuel (concerts, etc.)
–   établissements de type Y (musées et salles d’expositions temporaires)
–   établissements de type S (bibliothèques et centres de documentation), sauf les bibliothèques universitaires et spécialisées.

Sont également concernés les établissements d’enseignement artistique, de danse, du spectacle vivant, mais uniquement lorsqu’ils accueillent du public extérieur.

Le décret décrit précisément les usages qui sont visés : il s’agit uniquement des « activités culturelles, sportives, ludiques ou festives ». Autrement dit, les usages professionnels ne sont pas concernés, et une salle de type L qui accueillerait, par exemple, un séminaire d’entreprise ou toute autre réunion professionnelle ne sera pas tenue d’exiger un pass sanitaire aux participants.

Seront également soumis au pass sanitaire « les événements culturels, sportifs, ludiques ou festifs organisés dans l’espace public ou dans un lieu ouvert au public et susceptibles de donner lieu à un contrôle de l’accès des personnes », dès lors qu’ils dépassent 50 personnes.

Pour ce qui est des manifestations sportives, le pass sanitaire ne sera pas exigé pour celles qui sont organisées « au bénéfice des sportifs professionnels ou de haut niveau ».

Enfin, le pass sanitaire devient obligatoire pour accéder aux fêtes foraines « comptant plus de 30 stands ou attractions ».

À partir de quand cette mesure entre-t-elle en vigueur ?

Le décret paru ce matin ne comporte aucune date d’entrée en vigueur. Dès lors, conformément à l’article 1 du Code civil, il entre en vigueur le lendemain de sa publication, soit demain, mercredi 21 juillet, conformément aux annonces du président de la République, la semaine dernière.

Quid du masque ?

Dans tous les établissements soumis à ces nouvelles obligations, le port du masque ne sera pas obligatoire. Toutefois, « le port du masque peut toutefois être rendu obligatoire par le préfet de département lorsque les circonstances locales le justifient, ainsi que par l’exploitant ou l’organisateur ».

Les salariés et agents sont-ils concernés ?

C’est la question principale que se posent, notamment, les élus dont la commune gère des établissements concernés par ces obligations (bibliothèques, installations sportives, cinémas ou théâtres municipaux, musées, etc.). Ni le décret ni la loi du 31 mai 2021 ne sont clairs sur ce point : il est écrit dans le décret que le pass sanitaire doit être présenté « pour l’accès aux établissements », sans préciser s’il s’agit uniquement de l’accès du public ou si les agents ou salariés du lieu sont concernés.

Faute de texte écrit – sans doute, dans les jours prochains, le gouvernement reviendra-t-il sur ce point dans une de ces « foires aux questions »  devenues habituelles – on doit donc se contenter des propos oraux du ministre de la Santé, Olivier Véran. La semaine dernière, celui-ci a indiqué que les salariés des établissements recevant du public bénéficieraient d’un « petit délai supplémentaire, jusqu’au 30 août ». Ce qui signifie, a précisé le ministre, qu’ils doivent recevoir leur première dose « au plus tard le 1er août ». Faute de quoi, dès le 30, ils devront présenter un test toutes les 48 h. Cette information a été confirmée, ce matin, par le cabinet du ministère de la Cohésion des territoires.

Cette date du 30 août figure bien dans le projet de loi présenté hier (lire article ci-dessous), pour « les personnes qui interviennent dans ces lieux, établissements, services ou événements ».

On peut donc considérer, sauf avis contraire du gouvernement d’ici là, que les gestionnaires des structures concernées n’ont pas, pour l’instant, à contrôler le pass sanitaire de leurs agents.

En revanche, lesdits agents vont devoir, dès demain, contrôler le pass sanitaire à l’entrée des équipements. Qui va le faire ? Comment, avec quel matériel ? Comment empêcher que cela donne lieu à des incidents, par exemple à l’entrée des piscines ? Cela mettra-t-il les élus dans l’obligation d’affecter du personnel supplémentaire à cette tâche et, dans ce cas, y aura-t-il une compensation de la part de l’État ? Autant de questions qu’a posé l’AMF la semaine dernière et qui, pour l’instant, n’ont pas trouvé le moindre commencement de réponse.

Covid-19 où se faire dépister ?

Les tests virologiques (RT-PCR) et antigéniques de dépistage du COVID-19 sont désormais réalisables sans ordonnance et sont pris en charge intégralement par l’assurance-maladie obligatoire.

Les tests antigéniques s’adressent en priorité aux personnes symptomatiques (au plus tard 4 jours après l’apparition des symptômes), et aux personnes asymptomatiques lorsqu’elles sont personne contact, font partie d’un cluster ou sont testées au cours d’une opération de dépistage. Dans les autres cas, préférez les tests RT-PCR.

Tests PCR

Les tests virologiques (PCR) permettent de déterminer si une personne est porteuse du Covid-19 au moment du test. Les prélèvements sont réalisés par voie naso-pharyngée. Le résultat du test est généralement disponible sous 24 heures.

Liste des centres de dépistage et de diagnostic Covid-19 (CDDC) de l’ARS en Seine-et-Marne

  • Lognes (77) : laboratoire Armainvilliers, Espace Diderot, 97 boulevard du Segrais 77185
    De 9h à 18h
  • Dammarie-Les-Lys (77) : 444, avenue du Général Leclerc
    De 9h à 14h pour les publics prioritaires
    De 14h à 18h pour les publics sans ordonnance et sans rendez-vous

Laboratoires

  • Dépistage COVID – LBM BIOMAG ESBLY4 Rue Leo Lagrange, 77450 ESBLY – 01 60 04 44 09
  • Dépistage COVID – GHEF MARNE LA VALLEE SITE JOSSIGNY2 CRS DE LA GONDOIRE, 77600 JOSSIGNY – 01 61 10 71 79
  • Dépistage COVID – LBM SELAS BIO-VSM LAB SITE ST GERMAIN20 R DE PARIS, 77860 ST GERMAIN SUR MORIN – 01 64 72 47 57

Tests antigéniques

  • David Aurelie – Infirmier 22 Rue Saint Denis, 77700 COUPVRAY
  • David Jerome – Infirmier 22 Rue Saint Denis, 77700 COUPVRAY – 0688921938
  • Crete Karine – Infirmier 16 Rue de Paris, 77700 BAILLY-ROMAINVILLIERS – 0643905996
  • Pharmacie Du Golf6 Boulevard des Sports, 77700 BAILLY-ROMAINVILLIERS – 01 64 63 28 75
  • Benicourt Lemoine Marie-Laure – Masseur-Kinésithérapeute1 Place Edmond Chartier, 77700 CHESSY – 0961693138
  • Goubet Karima – Infirmier9 Rue Georges Hebert, 77450 ESBLY – 0681504829
  • Pharmacie Brau3 Rue du Général Leclerc, 77450 ESBLY – 0160042016
  • Pux Veronique – Infirmier13 Place de l\’Eglise, 77450 ESBLY – 0683180513
  • Thominet Cedric – Infirmier13 Place de l\’Eglise, 77450 ESBLY – 0660962312
  • Reynaud Oliver – Infirmier13 Rue des Labours, 77700 MAGNY-LE-HONGRE – 0662818698
  • Selarl Pharmacie De Magny40 Rue de la Clef des Champs, 77700 MAGNY-LE-HONGRE
  • Pharmacie De L’olivier35 Rue du Docteur Roux, 77450 MONTRY – 0160042455
  • Holin Gwendoline – Infirmier9 Place d\’Ariane, 77700 SERRIS – 0643185183
  • Pharmacie Forum Santé Val D’eur14 Cours du Danube, 77700 SERRIS – 01 60 43 14 66
  • Routier Coralie – Masseur-Kinésithérapeute1 Avenue Christian Doppler, 77700 SERRIS – 0971487289

Où se faire vacciner en Seine-et-Marne ?

Pour en savoir plus

Que faire en cas de symptômes ?

En cas de symptômes, même faibles :

  • S’isoler immédiatement ;
  • Respecter les gestes barrières et porter le masque en cas de sortie ;
  • Consulter un médecin de préférence par téléconsultation ou en contactant le 09 72 72 99 09 (service gratuit + prix de l’appel, ouvert du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 17 h 30) pour être orienté vers un médecin généraliste volontaire 
  • Réaliser un test PCR ;
  • Demander un arrêt de travail en ligne, si vous ne pouvez pas télétravailler, afin de passer un test ou d’attendre les résultats sur le site declare.ameli.fr ;
  • Lister les personnes ayant été en contact rapproché avec vous 2 jours avant le début des symptômes et jusqu’à la mise en isolement. Les coordonnées de ces personnes seront recueillies par le médecin et par les équipes sanitaires de l’Assurance Maladie, qui contacteront systématiquement ces « personnes contact ».

En cas d’aggravation des symptômes avec des difficultés respiratoires , appeler le SAMU- Centre 15 (ou le 114 pour les personnes sourdes ou malentendantes). Retrouvez toutes les démarches à suivre

Toutes les informations sur : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus